Analyse d'un poème d'Antoine Bargel, par Antoine Bargel (master 1)

Psychanalyse & Lecture des textes Année universitaire 2004-2005 Mr Bruno Gelas

Dossier de validation : Analyse d’un poème d’Antoine Bargel « dioptre 4 » in Silences, éditions La Cinquième Roue, Paris, 2004.

Antoine Bargel (master 1)

dioptre 4

1 étrangères à ton nom, miroir 2 les alouettes lestes qui mélangent 3 dans l’œil l’ombre et le soleil 4 vide truffé d’or en ta chair absente 5 faite de sel et de pierre

6 parallèle à mon regard, étrangère 7 l’absente se mire au sel de ta chair 8 rêche, l’abstinente rime une stèle d’or 9 gravée des noms célestes 10 qui perpétuent le souvenir 11 de l’ancienne lumière

12 qui lavait autrement les cœurs 13 les fronts étoilés des prophètes déchus 14 perclus des coups de rêche, l’abstinente 15 qui se retourne, s’éloigne 16 suivie d’ombres virevoltantes

17 miroir, étrangères à ton nom

Il s’agit d’un poème en vers. La structure de ces vers ne relevant pas de formes préétablies, tant en termes de rythme que de rime, nous tenterons, pour introduire l’analyse sémiologique, de décrire sommairement ladite structure.

Le compte des syllabes donne : strophe 1 : 9/10/7/10/7  strophe 2 : 10/10/11/6/8/6 strophe 3 : 8/11/9/6/8 strophe 4 : 9

Certaines régularités apparaissent, semblant néanmoins ne pas se superposer aux strophes, mais partiellement aux phrases. On peut les schématiser ainsi : 9 10/7/10/7 10/10 11//6/8/6/8//11 9//6/8//9 [ phrase 1 ][phrase 2][ phrase 3 ] [ strophe 1 ][ strophe 2 ][ strophe 3 ][ strophe 4]

La rime classique est la répétition, principalement en fin de vers, de phonèmes formant au moins une syllabe. En fin de vers, les vers 5, 6, 7 et 11 présentent une rime en [εr] (les vers 5 et 11 étant les derniers vers des strophes 1 et 2 respectivement) et les vers 14 et 16 une rime en [ãt]. Cependant, on relève également de nombreuses répétitions de phonèmes à l’échelle supra-syllabique, non en fin de vers. Ce phénomène, s’il en participe, dépasse néanmoins la problématique de la rime, se situant à l’échelle du mot voire du groupe de mots. Nous en fournissons ici une rapide description en tant que système, alternatif à la rime et fondé sur la répétition, de structuration phonique-sémantique du poème.

Répétition de mots : v1 « étrangères » / v6 « étrangère » v1 « nom » / v9 « noms » v3 « ombre » / v16 « ombres » v4 « or » / v8 « or » v4 « chair » / v7 « chair » v4 « absente / v7 « absente » v5 « sel » / v7 « sel »

Répétition d’un mot avec ajout ou retrait d’une syllabe : v2 « lestes » / v9 « célestes » v7 « absente » / v8 « abstinente » v1 « miroir » / v7 « mire »

Répétition de tous les phonèmes d’un mot : – dans le désordre : v2 « lestes » / v8 « stèle » – en ordre inverse : v7 « mire » / v8 « rime » v7 « chair » / v8 « rêche »

Répétition de groupes de mots : – dans l’ordre : v8 / v14 « rêche, l’abstinente » – l’ordre des syntagmes étant inversé : v1 / v17 dans leur ensemble – cas particulier : v2 « lestes qui » / v9-10 « célestes /qui »